Comment faire quand s’adapter à l’autre est devenu une seconde nature ? Quand suivre une cadence, une direction qui n’est pas la nôtre, est devenu aussi simple que de respirer, à force d’entraînement ?

 

Répondre aux attentes à outrance est souvent le propre des personnes qui ont une faible estime d’elles-mêmes et attribuent à l’autre un savoir absolu, y compris pour ce qui touche à leur propre identité, leur vie, leurs choix. Faute de parvenir à se valider soi-même, on remet ce pouvoir dans les mains de ceux qui comptent pour nous, ceux que l’on estime. Plaire, ou ne pas déplaire, devient vital pour exister dans le regard de l’autre, le seul qui nous valide.

 

Un jour, on se met à étouffer littéralement de ne plus pouvoir être soi. A travers un burnout, une dépression, une séparation, un licenciement, ce qu’on appelle un accident de la vie, survient le déclic. Quand on découvre qu’on s’est peut-être illusionné, au sujet de ce qu’on pensait jusqu’alors « la » vérité, le réveil peut être brutal.

 

Se redécouvrir, dans ses qualités, ses goûts propres, peut-être tout à la fois vertigineux de bonheur, et de souffrance. Comme une seconde naissance.

On est heureux d’accéder enfin à soi-même.

On est triste que cela ait tardé, et fâché de s’être leurré si longtemps.

Et si de surcroît, on a bien introjecté ces valeurs de loyauté, de non déception d’une autorité qu’on n’a même pas pensé à oser remettre en question, on se trouve dans une situtation de double contrainte…

 

  • Je vais vers moi, je risque de décevoir l’autre.
  • Je continue à plaire, je risque de me perdre.

 

La situation semble inextricable. Pourtant, et malgré ce qu’il en coûte, il n’y a pas d’autre issue que d’honorer enfin cette identité retrouvée. Parce qu’en partant de ce centre, de ce cœur-là, vous permettez, sans le savoir, à ceux qui vous entourent, d’être à leur tour inspirés par cette nouvelle liberté.

Vous leur permettez d’accéder eux aussi, à cette loyauté envers eux-mêmes , à leur seule et unique vérité, intime, authentique.

 

L’univers entier s’harmonise quand chacun joue sa note la plus juste.

 

A bientôt, ici ou ailleurs !

A lire aussi

1 Comment

Laissez un commentaire